Menu Espace Membre
Rappel de l’affaire : nous avons mis en ligne le 10 octobre 2018, le témoignage d’un copropriétaire sur les pratiques du Cabinet DAUCHEZ pour sa copropriété.

Le Cabinet DAUCHEZ, s’estimant gravement mis en cause a souhaité bénéfice d’un droit de réponse, en date du 8 novembre 2018, à la demande de Monsieur Henri-Pierre CAMIZON, Président du Conseil d’Administration, Directeur Général de la S.A DAUCHEZ COPROPRIETES.

Il faut CLIQUER ICI  

 Nous avons communiqué ce droit de réponse au copropriétaire à l’origine du témoignage, en lui demandant de nous fournir toutes les preuves de ses allégations, dans l’hypothèse d’un procès en diffamation.

Nous recevons ce soir la réponse du copropriétaire que nous insérons telle quelle (nous ne communiquons pas les pièces justificatives jointes au message) :

« Je prends acte de la réponse en date du 8 novembre 2018 de la S.A. DAUCHEZ COPROPRIETES (ci-après désigné Le Syndic) qui ne fait malheureusement que confirmer sa méconnaissance totale de notre copropriété, principale motivation de la décision du syndicat des copropriétaires de révoquer Le Syndic à effet immédiat le 16 octobre 2018.
 
Sans commenter la forme de la réponse apportée par Le Syndic, je vous précise les éléments suivants :
 
§  Sur le non-respect des obligations contractuelles de visite de l’immeuble, je suis curieux de connaître par quel moyen Le Syndic entend apporter la preuve des trois visites réalisées et de l’envoi à tous les participants des comptes rendus écrits détaillés correspondants. Je n’ai connaissance que d’une seule visite pour laquelle je ne dispose que de mon propre compte rendu diffusé aux membres du Conseil Syndical.
 
§  Sur le défaut d’assurance de l’immeuble, je vous joins l’attestation d’assurance 2018 (pièce 1) produite le 4 juillet 2018 par Le Syndic. Vous pourrez constater que cette attestation d’assurance couvre la SGAM COVEA, propriétaire de l’immeuble jusqu’au 27 septembre 2017, et non le Syndicat de copropriétaires.
 
§  Sur la non déclaration de sinistres, Le Syndic ne relève qu’ « une fuite au niveau des WC de la loge (…) sans toutefois causer aucun dommages aux parties communes », alors que Le Syndic a été alerté en avril-mai 2018 de l’existence de trois fuites simultanées (WC, boutique RDC et appartement 1er étage) et de dommages qui s’étendent « au mur extérieur sur la cour, aux plinthes et mur de l’escalier entre les 1er et 2ieme étages et probablement au sous-sol » (pièce 2). Je précise qu’aucune démarche n’a été engagé par Le Syndic comme l’atteste la partie propriétaire des lots, en cause dans ces sinistres, COVEA Immobilier (pièce 3).
Toute relation avec le point précédent n’est probablement qu’une simple coïncidence.

 §  Sur le défaut de contrat d’entretien, vous trouverez en pièce jointe (pièce 4) une impression en date du 11 novembre 2018 de l’ Extranet mis à disposition du syndicat des copropriétaires. Vous constaterez que ne figure que deux contrats. J’ajoute que lors du contrôle des comptes le 4 septembre 2018 par le Conseil Syndical, Le Syndic n’a pas été en mesure de fournir les contrats relatifs aux factures acceptées et réglées au nom de la copropriété au bénéfice des sociétés ROUGNON (entretien chauffage) et ERI (contrôle toiture). 

§  Sur l’absence totale de gestion courante et d’entretien, vous trouverez en pièce jointe, à titre d’exemples non exhaustifs, des échanges relatifs à la conduite montante gaz (pièce 5), et à divers points de gestion et travaux courants (pièce 6) auxquels, à l’exception du marché de nettoyage, il n’a jamais été donné suite.

 Vous comprendrez que je ne puisse laisser la S.A. DAUCHEZ COPROPRIETES mettre en cause le témoignage publié sur votre site. »