La première année, la gestion semble avoir été efficace (je dis bien « semble »). Et puis dégradation totale.

AG impréparées (ce qui a créé des tensions entre copropriétaires), dossiers non suivis, copropriétaires traités comme s’ils étaient sous tutelle (alors que nous sommes CLIENTS).

Ne les croyez jamais sur parole. Vérifiez tout scrupuleusement.

Un exemple : Fidelis immobilier « travaille » avec un cabinet de courtage en assurance, Georges Ernest Conseil, qui facture le coquet taux de 50%, alors que normalement le taux d’un courtier varie entre 15 à 20% du total à payer. Et ce n’est qu’un exemple parmi toutes les pratiques abusives de Fidelis immobilier.

Syndic à éviter si vous aspirez à un minimum de tranquillité, ou si vous souhaitez ne pas vous faire dépouiller par un tas de petites surfacturations dont on s’aperçoit à peine mais qui, au final, font très mal au portefeuille sans pour autant améliorer la qualité de vie dans la copropriété.

Et puis quand vous prétendez les quitter, ils sont mauvais. Comme un mauvais compagnon qui ne supporte pas d’être quitté…